Savoir-apprendre

17 techniques pour apprendre le vocabulaire

Partage
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Quand tu apprends une langue étrangère, tu te retrouves très vite avec une longue liste de mots à apprendre, et tu ne sais pas très bien comment faire. Comment t’organiser pour apprendre le vocabulaire ? Comment faire pour ne pas te décourager quand tu n’arrives pas à apprendre ta liste de vocabulaire ? Je te propose ici 17 techniques, certaines pour enregistrer les bonnes informations à propos des nouveaux mots, d’autres pour les pratiquer et les retenir. L’idée est que tu essayes ces techniques, et que tu choisisses celles qui fonctionnent le mieux pour toi. Voire que tu en inventes de nouvelles grâce à quelques principes.

C’est la technique la plus classique, la plus ancienne aussi, qui consiste à faire une colonne avec les mots en français, et une autre colonne en face avec les mots traduits dans ta langue maternelle. Puis de les apprendre par cœur en cachant la partie en langue maternelle. Si cette technique fonctionne bien pour toi, tant mieux, aucune raison de l’arrêter. Je te conseille cependant de limiter ton apprentissage à 10 à 15 mots par jour, au-delà tu risques de saturer.

Mais pour beaucoup de personnes, cette technique ne fonctionne pas. Et/ou elle est ennuyeuse. Voyons donc d’autres approches, plus efficaces, et plus intéressantes 😉

2. S’INTERROGER SUR LE CONTEXTE

Quand tu rencontres un mot inconnu, ton premier instinct pourrait être d’aller le chercher dans le dictionnaire (ou de l’ignorer 😉). Mais … ne cherche pas tout de suite. Fais d’abord des hypothèses. On l’a déjà vu dans l’article Comment travailler la réception en autonomie, et dans l’article Il faut faire des erreurs pour apprendre, il est important de faire des hypothèses sur la réponse à une question que tu te poses, avant de chercher la réponse.

Anticiper … ça te permet de mieux retenir l’information ensuite. Tu vas faire une hypothèse, puis :

  • Soit tu vas avoir raison, tu vas te sentir satisfait.e et ton cerveau enregistre l’information avec une sensation positive (on retient les nouvelles informations accompagnées de sensations),
  • Soit tu te trompes et tu es surpris.e (on enregistre les nouvelles informations qui nous surprennent).

Pour t’aider dans ta formulation d’une hypothèse sur la signification d’un mot, regarde le contexte.

  • Quel est le champ lexical (le thème) de la phrase ou du paragraphe ?
  • Qui parle ? A qui ? De quoi ? Pour quoi faire ? Avec quels moyens ? D’où ?
  • Quelle importance le mot a-t-il dans la phrase ? Y a-t-il une mise en valeur ? Dans le paragraphe ? Dans le texte ?

Bien-sûr, ce n’est pas toujours possible de déduire le sens d’un mot rien qu’à partir du contexte. Observe ces deux phrases :

1- Ce député est indifférent face à la déforestation.

2- La déforestation sera l’un des enjeux majeurs du prochain sommet de l’écologie.

Dans la deuxième phrase, le mot déforestation est plus facile à deviner grâce à la présence du mot « écologie », qui est dans le même champ lexical (le même sujet).

Clique pour voir la vidéo sur Facebook 

3. SE FABRIQUER UN DICTIONNAIRE PERSONNEL

C’est un peu le même principe que la liste, que tu vas rendre beaucoup plus intéressante 😉

Tu vas te composer un dictionnaire personnel, où tu vas inscrire un certain nombre d’informations. La liste d’informations que tu peux relever est assez longue, mais tu n’es pas obligé.e de tout noter à chaque fois, certains de ces éléments seront pertinent dans certains cas seulement.

Ensuite, choisis ton mode de classement. Tu préfères les fiches sur papier, ou sur l’ordinateur ? Tu préfères les classer alphabétiquement ou par thème ? Tu préfères des listes ou des cartes mentales ? Essaye différentes manières de faire, et souviens-toi qu’on apprend mieux quand on varie les approches : audio, vidéo, papier, digital, image, mouvement, …

Sur les réseaux sociaux, je te propose différents types d’activité de vocabulaire en vidéo, images, animation et texte, donc n’oublie pas de me rejoindre sur Facebook, Instagram, LinkedIn, Twitter, Pinterest et YouTube.

A lire aussi : Quel est mon style d’apprentissage ?

4. RASSEMBLER LA FAMILLE DU MOT

Tu as rencontré le mot insensé dans un texte. Peut-être as-tu reconnu le mot sens à l’intérieur, avec un préfixe in- qui veut souvent dire le contraire, et le suffixe souvent utilisé pour former un adjectif. Tu en déduis que insensé veut dire que quelque chose n’a pas de sens, est absurde.

Tu souhaites mémoriser cet adjectif, parce qu’il te semble très utile. Tu vas donc l’inscrire dans ton dictionnaire personnel. Mais il serait logique de l’accompagner du nom sens, qui sert à l’expliquer. Tu te demandes s’il existe un verbe, tu cherches donc *senser dans le dictionnaire, mais tu vois que ça n’existe pas. Il existe pourtant l’adjectif sensé, qui est le contraire d’insensé, et qui veut dire plein de bon sens. La première signification du mot sens (les fonctions physiologiques comme l’ouïe et l’odorat) te fait penser au verbe sentir, au nom sensation et à l’adjectif sensible. Etc.

La recherche sur la mémoire montre qu’on enregistre des informations avec des sensations (comme le plaisir ou la surprise), on l’a déjà vu. On fait aussi des associations d’idées. On « accroche » une nouvelle information sur une autre qui existait déjà dans notre réseau cérébral.

Donc quand tu veux apprendre un nouveau mot, demande-toi quels autres mots de la même famille tu connais déjà. Essaye de trouver un ou plusieurs noms (sens, sensibilité, sensation), adjectifs (insensé, sensé, sensible, sensoriel) verbes (sentir, sensibiliser), adverbes (sensiblement), voire des expressions (non-sens, contresens, bon sens, double sens).

Exercice

Observe cette carte mentale de la famille du mot sens. Quelle logique vois-tu dans la disposition des mots ? Que signifient les formes et couleurs différentes ? Aurais-tu composé cette carte mentale différemment ? Fais-le !

La famille du mot sens

Retrouve bientôt cette image sur Facebook, Instagram, LinkedIn, Twitter et Pinterest

5. VERIFIER LES SYNONYMES, ANTONYMES, HOMONYMES ET PARONYMES

Dans la même idée que la famille de mot, il peut être intéressant de noter les synonymes, antonymes, homonymes et paronymes éventuels.

Les synonymes

Deux synonymes, se sont deux mots de même sens. Beaucoup de linguistes disent que les mots parfaitement synonymes n’existent pas, alors on dira qu’on parle de deux mots dont le sens est tellement proche qu’ils sont interchangeables dans un contexte donné. Exemple :

Le soir de la Saint-Sylvestre, être saoul est pratiquement une tradition.

Le soir de la Saint-Sylvestre, être ivre est pratiquement une tradition.

Synonymes, oui, mais pas tout à fait du même registre, puisque saoul est plutôt utilisé en contexte standard et ivre en contexte soutenu.

Retrouve bientôt cette image sur Facebook, Instagram, Twitter et Pinterest

Les antonymes

C’est exactement le contraire des synonymes, antonyme est donc l’antonyme de synonyme 🤯 Le contraire d’insensé, c’est : sensé, raisonnable, sage.

Les homonymes

Ce sont les mots qui ont la même prononciation, mais pas le même sens. C’est le cas de sensé (qui fait preuve de bon sens) et censé (qui est supposé) : une bonne explication est censée être sensée 😁

Les paronymes

Ce sont des mots dont l’orthographe est très similaire, c’est pourquoi on peut avoir tendance à les confondre. Comme compréhensif et compréhensible, par exemple.

Clique pour voir la vidéo sur LinkedIn

6. NOTER UN VERBE AVEC SES PREPOSITIONS ET COMPLEMENTS POSSIBLES

Tu l’auras certainement remarqué, les verbes peuvent être suivis d’une ou plusieurs prépositions, mais pas toujours. Il est donc utile de noter dans tes fiches quelles sont les prépositions que tu peux utiliser avec tel ou tel verbe. Et d’écrire quelques exemples :

  • Il y a ceux qui n’ont pas de préposition : je cherche mes clés, je sens une bonne odeur de café, elle prend un bain,
  • Ceux qui sont suivis de la préposition à: il va à la plage, tu penses à tes prochaines vacances,
  • Ceux qui sont suivis de la préposition de : je m’occupe de mes affaires, il a décidé de partir plus tôt,
  • Les verbes qui peuvent être suivis de à ou de, selon le contexte : cette table sert à poser son verre ou cette table sert de décoration, on ne peut pas y poser son verre,
  • Il y des verbes qui sont suivis de deux compléments, avec et/ou sans préposition : cette année, j’ai offert un voyage à mes parents, je parle àmes amis de notre prochaine soirée,
  • Et puis il y a les verbes qui peuvent être suivis de plusieurs prépositions : je vais à la piscine, il va dans un nouveau restaurant, ils sont allés sur la lune.

 

😓 Bref, quand tu notes un verbe, cherche plusieurs exemples sur internet et dans les dictionnaires, pour voir avec quelles prépositions ils peuvent être utilisés.

7. VERIFIER LE SENS PROPRE ET LE SENS FIGURE

Il très très rare qu’un mot ait un seul sens. Si tu ouvres un dictionnaire, tu remarques que la grande majorité des mots sont polysémiques : ils ont plusieurs sens.

Personnellement, j’aime bien vérifier si le mot à un sens propre et un sens figuré, c’est-à-dire un sens concret et un sens abstrait. En général le sens abstrait est un peu poétique, et je retiens mieux le mot si le glissement entre le sens concret et le sens abstrait me fait sourire, ou me surprend.

Par exemple, regarde la définition du mot avaler dans le dictionnaire. Il y a le sens concret, qui se réfère au mécanisme qui fait passer un aliment dans la gorge pour qu’il arrive à l’estomac. Mais le mot a aussi plusieurs sens abstraits, comme le fait d’accepter, d’admettre quelque chose. J’ai du mal à avaler son explication. Comme s’il fallait faire entrer cette explication dans l’estomac, pour la digérer, pour pouvoir l’accepter. Je t’invite à regarder la vidéo sur Instagram :

Clique pour voir la vidéo sur Instagram

8. PRENDRE GARDE AUX FAUX AMIS

Un faux ami, c’est un mot en langue étrangère qui est très similaire à un mot dans ta langue maternelle, mais qui n’a pas le même sens.

Par exemple, sensible en anglais n’a pas le même sens que sensible en français. En anglais, le mot veut dire sensé 😉, et en français, il veut dire « qui ressent profondément les émotions ».

9. RELEVER LA CONNOTATION

La connotation, c’est un « effet de sens », en plus du sens du mot. On parle en général de connotation positive et négative. Observe ces deux phrases :

J’étais en retard à la cérémonie à cause des travaux sur la route.

J’étais en retard à la cérémonie grâce aux travaux sur la route.

Les deux expressions traduisent une idée de cause, mais elles n’ont pas la même connotation, ce qui change le sens de la phrase. Dans la première phrase, la connotation est négative, je regrette d’avoir été en retard. Dans la deuxième phrase, la connotation est positive, je suis contente d’avoir été retardée, ça m’a permis d’éviter une partie de la cérémonie ennuyeuse 😁

Quelques dictionnaires gratuits en ligne

Larousse (définitions, synonymes et antonymes, mots croisés, quiz) https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais

Le Robert (définitions, exemples littéraires) https://dictionnaire.lerobert.com

CNRTL (définitions, étymologie, synonymes et antonymes) https://www.cnrtl.fr/definition/

Reverso (synonymes et antonymes) https://synonyms.reverso.net/synonyme/

Dictionnaire historique de la langue française (payant – étymologie)

10. FAIRE UNE PARAPHRASE

Une paraphrase, c’est une phrase utilisée pour donner une explication. On peut paraphraser un texte, c’est-à-dire dire en plus de mots ce qui a déjà été dit dans le texte. On peut aussi utiliser cette technique pour expliquer un mot, comme donner une définition.

Par exemple : Affronter, c’est le fait d’accepter de faire face à quelque chose de difficile, s’exposer à cette chose ou cette personne. Je n’ai pas rendu mon rapport à temps, alors je dois affronter la colère de mon patron. Ce matin, j’ai décidé d’affronter le froid pour aller courir autour du lac.

Faire une paraphrase, c’est aussi une excellente stratégie pour se faire comprendre. Imagine : tu ne trouves pas le mot que tu voudrais utiliser, alors tu fais une paraphrase pour t’expliquer.

C’est pour cela qu’il est important de pratiquer cette technique, au lieu de simplement chercher la traduction du mot dans ta langue maternelle. Le jour où tu as besoin de communiquer en français, tu vas avoir besoin de cette compétence précieuse. Donc cherche le mot que tu ne comprends pas dans des dictionnaires francophones, et ensuite écris une définition du mot avec tes propres mots.

Clique pour voir la vidéo sur Facebook

11. RASSEMBLER LE CHAMP LEXICAL

Le champ lexical d’un mot, c’est un ensemble de mots dans une même thématique, qui peuvent être utilisés dans un même contexte.

Par exemple pour le mot vaccin, on pourrait réunir les mots suivants : vaccination, épidémie, médecin, rendez-vous, dose, rappel, virus, éviter, contamination, confinement, mesures gouvernementales, réfractaire, anti-vaccination, vaccinodrome, …

Tu peux les rassembler sous forme de carte mentale, en les organisant en sous-groupes, avec une structuration personnelle, qui a du sens pour toi.

Ou tu peux écrire un texte pour les rassembler de manière cohérente :

Hier je suis allée au vaccinodrome le plus proche pour recevoir ma troisième dose du vaccin contre le COVID. Il y avait une manifestation à l’entrée menée par des réfractaires aux dernières mesures gouvernementales. Je peux comprendre qu’ils soient anti-vaccination, mais je ne sais pas quelle autre solution il existe pour mettre fin à cette épidémie …

Le mot de l'actu page 2

Voici un exemple d’organisation pour ton dictionnaire personnel. Retrouve bientôt ces images sur Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn et Pinterest.

12. CHERCHER L’ETYMOLOGIE

Connaître l’étymologie d’un mot, son histoire, comprendre comment il a évolué à travers le temps peut t’aider à le retenir. Tu peux trouver quelques indications dans les dictionnaires en ligne. Mais si tu cherches plus de détails, tu pourras les trouver sur le site du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL), qui est gratuit, ou bien dans le Dictionnaire historique de la langue française (payant), disponible en version papier ou en application pour smartphone et tablette.

L’étymologie d’un mot n’es pas toujours certaine : si tu ne trouves pas d’explications claires, profites-en pour créer ta propre histoire, imagine comment le sens a pu évoluer depuis son origine jusqu’à son sens d’aujourd’hui.

Je t’invite aussi à me suivre sur les réseaux sociaux où je poste régulièrement des vidéos sur l’étymologie des mots familiers (sur Instagram), standards (sur Facebook) et soutenus (sur LinkedIn).

Clique pour voir la vidéo sur Instagram

13. S’APPROPRIER LE MOT

Quand tu rencontres un mot nouveau, imagine-toi dans quel contexte tu vas pouvoir l’utiliser. Regarde ta vie quotidienne et professionnelle, et invente une phrase que tu pourrais réellement dire.

Par exemple, si je prends un des « mot du jour » sur Le Robert, « mème » : Je trouve que les mèmes, c’est comme l’alcool, c’est à consommer avec modération.

Il est important de s’approprier les mots pour pouvoir les utiliser avec confiance, en particulier les mots un peu trop abstraits ou vagues.

(…) selon les croyances et les situations sociales, on ne donne pas le même sens à des mots abstraits comme liberté, progrès, démocratie, science ou religion … La définition des mots abstraits varie suivant la situation (qui parle ? quelles sont ses opinions ?) et le discours (je dissuader, persuader, critiques, etc.).

Jacqueline Picoche, Didactique du vocabulaire français, page 85
Exercice

Sur LinkedIn, je te propose un exercice récurrent qui s’appelle « la boîte à mots creux ». Je te propose un mot « creux », qui a un sens très abstrait et je te demande d’en donner une définition personnelle :

Exercice  « la boîte à mots creux » sur LinkedIn

14. DESSINER OU METTRE EN IMAGE

Si tu aimes dessiner, ajoute dans ton dictionnaire personnel un petit dessin qui puisse représenter le mot. C’est plus facile à faire avec les mots concrets, bien-sûr, mais essaye aussi avec les mots abstraits. Donne-leur une représentation personnelle.

Tu peux aussi chercher des images sur Unsplash ou Pexels. En tapant le mot dans la barre de recherche, vois comment les photographes ont choisi de représenter une idée.

Dans l’exercice précédent (la boîte à mots creux), j’ai fait une recherche d’images avec le mot clé « riche », et voici quelques images qui ont été proposées :

Michael Heuser sur Unsplash
Michael Heuser sur Unsplash
Andrea Piacquadio sur Pexels
Andrea Piacquadio sur Pexels
Pixabay sur Pexels
Pixabay sur Pexels
Andrea Piacquadio sur Pexels
Andrea Piacquadio sur Pexels

15. MIMER

Voici une technique dont j’ai déjà souvent entendu parler pour entraîner la mémoire. C’est le fait d’associer un mot que tu essayes de retenir à un geste. Fais l’expérience : choisis une liste de 10 mots, et donne-leur des gestes correspondants. Vois si tu arrives mieux à t’en souvenir.

Technique bonus : enregistrer les visuels sur les réseaux sociaux

Tu l’auras remarqué, il y a énormément de ressources pour le vocabulaire sur les réseaux sociaux. Il existe depuis quelques temps une fonction « enregistrer » sur la plupart d’entre eux. Alors profites-en et enregistre les visuels créés par beaucoup de professeurs et apprenants de français.

Sur Pinterest 

Crée tes propres tableaux thématiques et enregistre les épingles.

Sur Facebook 

En haut à droite du post, clique sur les trois points et sélectionne « enregistrer ». Tu peux créer plusieurs collections. Pour retrouver tes posts enregistrés, clique sur « voir plus » puis « enregistrements » dans le menu de gauche (sur l’appli, va dans le menu en bas à droite).

Sur Instagram

Clique sur le petit drapeau en dessous à gauche du post. Tu retrouveras tes posts enregistrés en cliquant sur « profil » (en bas à droite) puis sur le menu en haut à droite, puis sur « enregistrements ».

Sur Twitter

En dessous du post, à côté de « j’aime », clique sur l’icône avec la flèche, puis sélectionne « ajouter aux signets ». Tu trouveras tes posts sauvegardés dans ton profil > signets.

Sur LinkedIn

Clique sur les trois points en haut à droite du post puis sur « enregistrer ». Puis va sur la page d’accueil, regarde dans le menu de gauche, et clique sur « mes éléments » (sur l’appli, va dans ton profil, puis descends un peu jusqu’à voir « mes éléments ».

Sur YouTube

Sous la vidéo, clique sur « enregistrer » à côté de « partager ». Puis retrouve la vidéo dans le menu de gauche (sur l’appli, clique sur « bibliothèque en bas à droite).

Exercice

Retrouve ces visuels sur les réseaux sociaux et enregistre-les :

Expressions avec le mot "langue"

Retrouve bientôt cette image sur Facebook, Instagram, LinkedIn, Twitter et Pinterest

Les expressions avec le mot "chat"

Retrouve bientôt cette image sur Facebook, Instagram, LinkedIn et Pinterest

16. FAIRE DES JEUX SUR INTERNET

Tu peux t’exercer et pratiquer le vocabulaire en faisant des jeux sur internet, ou bien en créant tes propres jeux avec le vocabulaire que tu as besoin d’apprendre.

Jeux existants

Plusieurs sites internet proposent déjà des jeux de vocabulaire :

A créer soi-même

Tu peux utiliser des outils en ligne pour créer tes propres jeux et exercices avec ta liste de vocabulaire :

  • Nuage de mots avec WordArt
  • Mots croisés, textes à trous, Memory, et beaucoup d’autres types avec LearningApps

 

Par exemple, tu souhaites pratiquer les expressions idiomatiques ou figées comme « sur le bout de la langue » ou « donner sa langue au chat ». Tu peux choisir l’application « classer par paires », où tu vas entrer une partie de l’expression sur la première carte (« sur le bout »), et la deuxième sur une autre (« de la langue »). Le système va ensuite mélanger les cartes, et tu dois les recomposer.

Essaye cet exercice avec les expressions qui comprennent les mots « chat » et « langue » :

17. METTRE EN CONTEXTE

Raconter une histoire

J’ai participé à un atelier un jour sur le thème de la mémoire. L’animatrice nous a donné une liste de 10 mots à retenir. Un peu plus tard, elle nous a demandé de les restituer. Je me souvenais de trois d’entre eux.

Deuxième exercice, 10 mots, mais cette fois-ci elle nous a demandé d’inventer une histoire et de la raconter à un partenaire. Un peu plus tard, j’ai raconté mon histoire, et je me suis souvenu de 8 mots, sans hésitation.

Exercice

Voici dix mots relevés dans l’actualité :

Chantage, vulnérabilité, suspendre, interface, coup de pouce, guetter, sévir, sain, virtuose, gonflable

➜ Raconte une histoire qui rassemble ces dix mots.

➜ Essaye de les « mettre en scène », de leur donner un sens dans ton histoire.

➜ Utilise des articulateurs du discours : d’abord, à première vue, au début, ensuite, puis, et puis, surtout, aussi, donc, notamment, c’est-à-dire, en effet, pourtant, d’ailleurs, même, enfin, finalement, pour finir, …

Écrire un mini-dialogue

C’est la même idée que l’histoire, mais cette fois-ci tu peux imaginer plusieurs personnages en train de discuter, débattre, argumenter, protester, supplier, marchander, déclamer, … Crée une situation la plus riche et détaillée possible.

Écrire un poème

Et si tu as une âme littéraire, écris un poème …

COMMENT FAIRE QUAND TU RENCONTRES UN MOT NOUVEAU ?

Pour résumer, voici un déroulé que tu peux suivre quand tu rencontres un mot nouveau :

  1. Reconnaître que tu ne connais pas le mot et t’arrêter.
  2. Est-ce que le mot est important dans la phrase ? Dans le paragraphe ? Dans le texte ? Est-ce que tu arrives à comprendre le sens de la phrase sans comprendre le mot ?
  3. Essaye de déduire le sens du mot :
  • grâce au contexte ou au champ lexical dans la phrase et le paragraphe,
  • regarde la structure du mot : y a-t-il une syllabe que tu peux reconnaitre ?
  1. Cherche le mot dans un dictionnaire francophone (pas un dictionnaire bilingue ; ne traduis pas dans ta langue maternelle). Regarde les différents sens du mot. Dans les exemples donnés par le dictionnaire, cherche celui qui se rapproche le plus de la phrase dans laquelle tu as trouvé le mot.
  2. Si tu ne le trouves pas, ou que tu le trouves, mais que ça ne te permet pas de comprendre le sens, relève plusieurs mots autour de ce mot dans la phrase et fais une recherche plus générale sur internet. Peut-être que le mot fait partie d’une expression.
  3. Inscris le mot dans ton dictionnaire personnel, avec les informations qui te semblent intéressantes (paraphrase ou définition, famille, synonymes, antonymes, homonymes, paronymes, prépositions, sens concret, sens abstrait, faux-amis, connotation, champ lexical, étymologie)
  4. Pratique l’utilisation du mot (jeux sur internet, dessiner, mimer, raconter une histoire, écrire un mini-dialogue, un poème)
Résumé 2 : comment apprendre le vocabulaire ?

Retrouve bientôt ces images sur Facebook, Instagram, Twitter et Pinterest

Définition

Expression figée, expression idiomatique et locution

Ces trois formules désignent la même idée : une suite de mots qu’on ne peut pas transformer. Il a la langue dans sa poche. Il faut mettre de l’eau dans son vin. Ou alors, on peut s’amuser à les transformer pour faire un jeu de mot 😉

Certaines d’entre elles sont des proverbes ou des dictons, issus de la sagesse populaire : Après la pluie, le beau temps. Qui sème le vent récolte la tempête. D’autres sont des expressions très imagées, qui décrivent une situation : Elle est tombée dans les pommes. J’ai un chat dans la gorge.

L’IMPORTANCE DU VOCABULAIRE

Pendant mes études à l’université, notre professeure de « pratiques de classe » nous a un jour demandé ce qu’on pensait être le plus important dans l’apprentissage d’une langue étrangère. Entre la grammaire, la compréhension, le vocabulaire et la prononciation, le choix était difficile ! Et si c’était tout à la fois ? Mais non, la prof nous demande de choisir … Alors, la grammaire ?

Et là, elle nous demande de nous rappeler de l’objectif principal présumé d’une personne qui souhaite apprendre le français, qui est de communiquer. Se faire comprendre. Partager. Et il s’avère que l’aspect le plus important est bel est bien le vocabulaire. C’est logique : pour communiquer et se faire comprendre, il faut d’abord connaître les mots, ensuite il faut savoir les prononcer, puis finalement savoir les organiser pour produire une phrase compréhensible.

Or, beaucoup de professeurs et beaucoup d’étudiants continuent de faire une fixation sur la grammaire. Parce qu’on a l’impression que la grammaire est l’aspect le plus difficile, on s’imagine que c’est le plus important. Ça ne l’est pas, pas si ton objectif est de communiquer. Si ton objectif est d’apprendre la langue pour la langue, alors c’est une autre histoire 😉

L’objectif d’apprentissage

En parlant d’objectif … Dans cet article, je te donne des techniques pour apprendre le vocabulaire, et je donne beaucoup d’exemples isolés. Mais je pense qu’il est plus efficace d’apprendre le vocabulaire dans le contexte d’un objectif plus large. Pourquoi as-tu besoin d’apprendre le français ? Pour quoi faire ?

C’est pour préparer un voyage dans un pays francophone ? Alors fais tes recherches et imagine-toi le vocabulaire dont tu vas avoir besoin. Regarde des vidéos sur le pays que tu vas visiter (en français, bien-sûr 😉), lis des brochures et relève le vocabulaire.

Je parle de tout cela plus en détail dans les articles Comment définir des objectifs et Comment élaborer une tâche.

Varier les styles

On l’a déjà vu dans l’article Quel est mon style d’apprentissage ; pour rendre ton apprentissage le plus efficace possible, il vaut mieux varier les approches. Lire, écouter, regarder, parler, bouger, dessiner, mimer, chanter, déclamer, argumenter, …

Je t’invite donc à aussi regarder la vidéo sur YouTube qui explique ces 17 techniques, et une petite vidéo quiz pour réviser les mots et expressions que j’ai utilisés comme exemples dans cet article et la vidéo.

vidéo sur YouTube « Comment apprendre le vocabulaire – 17 techniques » (bientôt)

vidéo sur YouTube « quiz » (bientôt)

Alors, qu’as-tu essayé comme technique ? Laquelle est ta préférée ? Laquelle n’as-tu pas aimée ? Laquelle vas-tu encore essayer ? Raconte dans les commentaires 💬

Si tu as aimé cet article, n’oublie pas de le partager 👍🏼

A bientôt,

Aline

Pour aller plus loin

Linguisticae

Savez-vous vraiment ce qu’est un mot ?

Dictionnaire des francophones

« Prendre un chimin chien »

Je laisse un commentaire

Télécharge le livre gratuit

Tu ne trouves pas d’occasions de pratiquer le français à l’oral ? Télécharge le livre gratuit où tu trouveras 84 idées pour parler français, même dans un pays non francophone.

En t’inscrivant, tu recevras aussi l’infolettre mensuelle. Tu pourras te désinscrire à tout moment. Je déteste les spams, donc ton adresse ne sera jamais ni revendue, ni cédée 🙂

Derniers articles
cdx-PDX sur Unsplash

Comment travailler la réception en autonomie ?

Réflexions